Aller au contenu principal

Ornithovélo le long du Rupel - 5 mai 2014

Dernière mise à jour :

Ce sont 8 vaillants petits cyclistes qui s'élancent sur les sentiers, chemins de halage et piste cyclable ce samedi 3 mai.  Le temps est un peu frais après les jours ensoleillés d'avril mais le soleil est là et la pluie qui menaçait les jours précédents n'est plus d'actualité.   En attendant un retardaire (à les problèmes techniques pour charger les vélos en auront découragé plus d'un), nous partons dans Het Broek.  La réserve alterne toute une série d'anciens étangs de pêche et des petits bois.  

Quelques anatidés ... un cygne, des colverts et les premiers jeunes, un couple de fuligules morillons ou de chipeaux.  Un grand cormoran se séchant au soleil, l'occasion d'expliquer l'absence de glande udoripare qui l'empêche d'imperméabiliser son plumage mais le rend bien meilleur plongeur, un héron à l'affût.   On profite aussi de l'heure encore matinale pour s'exercer à la reconnaissance des chants avec l'aide d'Elisabeth : chif chaf du pouillot véloce, trille du troglodyte, mélodie flûtée du rouge-gorge, babillage de la fauvette des jardins, chant bi-syllabique de la mésange charbonnière et annonçant le printemps, un coucou...  Et on n'oublie pas un petit détour par la héronnière.  Deux nids sont occupés de notre point d'observation, avec un total de 3 jeunes.  Et un adulte est également présent.  Les jeunes, qui ont du naître début mars sont déjà bien grands et ont remplacé une bonne partie de leur duvet.

Le retardaire nous aillant déjà dépassé (vive les téléphones portables), on repart vers la réserve de Het broek Denaeyer et quelques moineaux nous accompagnent dans la traversée d'un quartier résidentiel.  Nous voici maintenant au complet pour le reste de la journée ou presque, on y reviendra.

A Het broek Denaeyer, l'impressionante colonie de cormorans semble grandir d'année en année.  Les jeunes sont encore bien présents sur les nids et quémandent aux parents leur pitance du jour.  Sur l'étang, nouveauté, des plateformes pour la nidification de la sterne pierre-garin, dont quelques exemplaires survolent l'étang et plongent régulièrement. L'un ou l'autre héron, grèbe huppée, castagneux, colverts, tadorne de Belon, chipeaux et fuligules milouins.  Une mésange bleue vient chanter à quelques dizaines de centimètres de l'observatoire.  Elle ne doit pas nicher très loin.

On repart un peu déçu de ne pas avoir entendu le rossignol mais à peine avons-nous contourner la réserve pour rejoindre la zone industrielle de Kleine-Willebroeck que des trémolos et un bruitage proche des jeux vidéos nous réjouissent le coeur et les oreilles...  Et voilà encore une première pour cette année pour (presque) tous les participants du moins en Belgique.

Deuxième partie de la matinée : direction Wintam.  Un rougequeue noir sur un entrepôt avant d'atteindre le Rupel.  La marée est basse... et oui, son effet se fait sentir jusqu'à 60 km le long de l'Escaut et de ses affluents.  Sur les berges du Rupel, quelques chevaliers guignettes, goélands argentés, mouettes rieuses et l'un ou l'autre hérons et cormorans et dans les buissons, fauvettes grisettes, fauvettes à tête noire, et les premières rousseroles effarvates.    Sur Noordelijke Eiland, on regrette l'absence des hirondelles de rivages, - seules quelques hirondelles rustiques sont présentes. A une première mare, un chevalier guignette, un chevalier aboyeur et un chevalier gambette presque côte à côte pour une comparaison.

On s'arrête pour le pique-nique le long du premier étang et on installe les longues-vues pour ne pas manquer une minute d'observation.  Plusieurs platformes destinées à la nidification des sternes pierregarins ont été installées et sont presque toutes occupées.  Pas de jeunes visibles malheureusement mais ce sera compensé par une famille de tardones de Belon.  Nombreux canards chipeaux, quelques grèbes castagneux et huppés, fuligules morillons, foulques macroules.   Bernaches du Canada, un cri de bruant des roseaux le long de la berge du Rupel.  Parmi les limicoles, des chevaliers aboyeurs, gambettes, guignettes et un combattant en plumage nuptiale avec la tête toute blanche.

Il est temps de traverser le Rupel.  On appelle le bac et on charge les vélos.... Petit accident de parcours pour la chaussure de Xavier qui ne pourra plus lever le pied de sa pédale pour le restant du trajet.  

Pas de nouvelles espèces de l'autre côté du Rupel... mais la balade continue sur un mode plus historique.  On longe les anciennes briquetteries de Boom, petit arrêt le long des hangars de séchage et les fours, et on passe par hasard devant un chantier naval où une réplique du Belgica est en cours de construction.   Les portes sont ouvertes : pied à terre (pour ceux qui peuvent) et petit tour rapide.

Nouvelle traversée du Rupel, via une passerelle cette fois et puis de la Dyle, on rentre tout doucement vers Het Broek et les voitures.  Plusieurs bernaches du Canada sur les étangs, canards chipeaux et grèbes huppées.  

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON