Aller au contenu principal

Mer de Wadden - Août 2014

Dernière mise à jour :

Nous revoilà une bonne vingtaine de participants, les habitués, ceux qui nous reviennent après quelques années d'absence et les petits nouveaux en route pour la mer de Wadden, la voile, le vélo et les oiseaux...

Un coup d'oeil sur internet quelques jours avant le départ nous fait craindre un temps plutôt pluvieux et frais... et on prépare les valises en conséquence en rajoutant polaire et pantalon de rechange ainsi que les capes de pluies. Finalement, le soleil sera de la partie, avec un ciel moitié nuage moitié soleil, et parfois quelques gouttes, un orage nocturne ou l’autre et un vent de force 4 à 5 vent, qui nous empêchera de prendre des vélos que nous remplacerons par la découverte en bus et à pied des îles.

Le programme, nous le découvrons au fil des jours et Brigitte l’adapte aux conditions météo, aux horaires de marées et aux contraintes qui s’imposent au skipper. Arnaud est fidèle au poste, avec Wietteke notre mousse et Mieke, notre merveilleuse cuisinière. Tous devenus nos amis depuis les années que nous naviguons avec eux. Les marées de vives eaux et le vent de sud-ouest nous permettent d'espérer atteindre Ameland cette année. On croise les doigts !

Départ dimanche, trajet vers Harlingen :

Heure de départ variable selon les participants et la distance à parcourir. Notre voiture part de Bruxelles à 10h00 et nous sommes pile-poil à Flevoland, notre premier arrêt de la journée pour le pique-nique. Premières observations au Prambult et déjà un pygargue juvénile vole en bordure de digue en se faisant houspiller par une corneille. Pour la troisième année consécutive, nous bavardons avec un observateur local qui observe les Oostvaarderplassen avec ses jumelles 50 x posées sur un trépied. Et nous croisons aussi 2 participants au voyage, Willy et Valérie qui ont choisi le même lieu pour pique-niquer. Côté observations : Bernaches nonnettes, Oies cendrées, quelques Busards des roseaux, une Grand Aigrette, Cigognes blanches et une noire, Foulque macroule , Héron cendré, Pigeon colombin et bien sûr, les cerfs & biches, les chevaux de przewalski et les "aurochs" réintroduits dans la réserve...

Sur le trajet vers le centre d'information, grands travaux - un nouvel étang semble voir le jour. Le long de la clôture, nous observons un jeune renard efflanqué et sans peur. Il est probablement en cours d'émancipation. Il essaye d'attraper un papillon, nous offre un saut de chasse qui semble sans succès mais peut-être a-t-il réussi à attraper une sauterelle aussitôt avalée ? Plus de 10 min d'observation. Dommage que les appareils photos soient encore rangés dans le coffre. On fait quand même un essai avec les téléphones. Cela reste une superbe observation.

Depuis la digue, nous observons côté Ijselmeer les Sternes pierregarins avec de nombreux juvéniles. C'est l'occasion de comparer les plumages et de découvrir également quelques Guifettes noires. Parmi les autres laridés, nous observons principalement des Mouettes rieuses, des Goélands argentés avec quelques Goélands marins et bruns et du côté Oostvaarderplassen, une aire de repos pour les Grands Cormorans et une Grande Aigrette.

La pluie nous a rejoints - et sera avec nous pendant la plus grande partie de la suite du trajet. Le temps s'éclaire heureusement en arrivant en Frise... on rejoint un observatoire sous une pluie fine - très nombreux cygnes (plus d'une centaine et seulement quelques juvéniles - il s'agit probablement d'individus non-nicheurs), Canard souchet, colvert, chipeau, Sarcelle d'hiver, Foulques, Grèbe castagneux et huppés, ces derniers avec plusieurs jeunes d'âge variés... la plupart quémandant encore de la nourriture à leurs parents. Sur une ortie, de nombreuses chenilles noires - hérissées de picots : elles se métamorphoseront bientôt en paon du jour. Dernier arrêt à Makkum avec des Grands cormorans, Fuligules morillon et milouin, deux Bernaches du canada, des Canards chipeaux, Grèbes huppés (et de nouveaux des jeunes), Mouette rieuse, Goéland argenté, Foulque macroule... et finalement, celle qui est le but de notre visite : une Sterne caspienne.

Nous arrivons finalement au bateau vers 19h00 - juste à temps pour le chargement des bagages. Le ciel est toujours couvert, on annonce grand vent pour le lendemain. Y aura-t-il une nuit des étoiles cette année.

Apéritif offert par Renaud et Emmanuelle (et Ségolène/Edith) accompagné d'un délicieux cake à la courgette réalisé par MG, note de la relectrice.

Lundi : Trajet en bateau entre Harlingen et Terschelling

Après le dépôt des voitures au parking et un petit saut au supermarché du coin pour le pain et un complément de courses, y compris les snacks indispensables, nous partons finalement vers 10h. Le vent très fort garde la plupart des oiseaux à terre et nous empêchera et de monter les voiles et de prendre les vélos sur Terschelling. A la sortie du port, nous pouvons quand même observer nombres de laridés et de grands cormorans.

Malgré un fort vent de face, la traversée se déroula sans encombre grâce à l’expérience de notre capitaine et nous arrivons à Terschelling à marée basse. Les vasières du port, protégées par les digues, sont déjà remplies de limicoles et laridés venus se nourrir des vers arénicoles, crabes et coquillages enfouis dans la vase, cette fameuse wad dont la mer tient son nom. Nous partons à pied le long du port. Un premier arrêt nous offre Courlis cendrés, Barges rousses, Grands gravelots, Chevaliers gambettes et aboyeurs, Pluviers dorés et argentés ainsi qu’une Sterne naine. On observe à l’abri de quelques buissons des Sternes pierregarin et caugek et des Eiders, et de nouveau, des Barges, Courlis, Huîitriers-pies, Goélands marin, argenté et brun, Mouette rieuse.

Comme à toute chose, malheur est bon, notre sortie à pied nous permet d'emprunter des chemins inédits même pour les plus anciens. Nous revenons donc par les bois - ce qui nous évitera aussi le vent de face. Les pins noirs d'Autriche protègent les réserves d'eau de l'île et offrent abris et nourriture au Grimpereau des jardins, Pinsons des arbres, Mésanges bleues, noires et charbonnières et au Becscroisés des sapins - parmi lesquels des juvéniles dont le bec ne semble pas avoir encore pris sa forme caractéristiques. Quelques papillons, piéride de la rave et Tircis ainsi que des libellules sont aussi observés. On croise également d'anciennes fortifications rénovées - bunkers - cachées dans les dunes.

De retour au bateau, on continue les observations sur la vasière depuis le pont du bateau en faisant honneur à l'apéro d'Imelda et de son fameux Maitrank.

Après le souper, on repart à pied vers l'ouest de l'île et ses dunes. Pas d'Hibou des marais, mais des Pipits farlouses, Goélands argentés, un Tarier pâtre et un renard ainsi qu'une séance photo à quatre pattes pour immortaliser la parnassie, une petite fleur à 5 pétales blancs ivoire veinés de vert que l'on rencontre habituellement dans les milieux humides et zones suintantes des montagnes, en version "littoral", il s'agit d’une relique glaciaire. Elle tire son nom du mont Parnasse (en Grèce). La soirée se termine au Walvis, pour une bière ou une glace - ou tout simplement au bateau.

Mardi : Journée à Terschelling

Le vent, toujours lui, nous empêchant la location de vélo, on décide de se rabattre sur une carte de bus à la journée. Un coup d'oeil sur les horaires récupérés au VVV la veille et aux heures de marées, on prévoit un départ du bateau à 9h05 pour le bus de 9h25 au ferry. Surprise, à 8h50, le Mars quitte le quai pour permettre le départ des autres voiliers qui reprennent la mer ce matin.

Première question de la journée - comment attraper le bus ? 10 minutes plus tard, nous sommes amarrés un peu plus loin, le long d'une péniche. D'après Arnaud et Mieke, il y aurait un arrêt de bus près de l'hôtel à 500 mètres de là. On débarque le plus rapidement possible et on marche rapidement vers l'arrêt. La file s'étend sur plusieurs dizaines de mètres. Les premiers ont pour instruction d'arrêter l'autobus et de le faire patienter - mais il arrivera finalement en même temps que les derniers d'entre nous.

L'achat de tous nos tickets cause grande surprise à notre dame chauffeur : ça doit être une première pour elle. Elle nous conseille de garder les tickets dans les mains du guide pour faciliter les choses pour le prochain chauffeur mais Brigitte les distribue - bien lui en pris : il y a un ticket de trop et on se rend compte qu'il nous manque un participant : Muriel - mais où est-elle ?

Il est trop tard pour arrêter le bus, on continue donc jusqu'à notre premier arrêt à Midsland. Brigitte confie le groupe à Michelle et Renaud pour une balade à pied dans les polders. Elle retourne au bateau en autostop pour retrouver Muriel et nous la ramener. Après une courte averse, nous nous baladons dans l'ancien cimetière (encore une première autorisée par la balade à pied), puis dans les polders où nos observons Pluviers dorés et Vanneaux huppés. Quelques coups de fil de Brigitte nous permettent de suivre à distance les retrouvailles avec Muriel ; elles seront finalement toutes les deux dans le bus suivant.  Dans le cimetière, d'étranges pierres tombales : il s'agit d'anciens bornes de délimitations de propriétés récupérées pour marquer les tombes en raison du prix des pierres et de leur transport vers les îles.

Nous poursuivons la balade. Dans les polders, Courlis cendrés, Barges rousses, un Busard des roseaux mâle de 2 ou 3 ans - le dessous des ailes est bien marqué, le dessous commence à l'être mais reste très sombre, un Faucon pélerin vu par certains d'entre nous seulement, Linotte mélodieuse, Pipit farlouse, Moineau domestique, laridés, Chevalier combattant, Tournepierre en plumage nuptiale encore. Un potager se trouve au milieu des polders - avec malheureusement, les cadavres de 2 corneilles accrochés en tant qu'épouvantail.

Après avoir enjambés deux barrières destinées à bloquer les moutons, nous arrivons dans une anse qui abrite à marée basse une vasière et un petit pré salé. La marée est haute et donc les oiseaux beaucoup moins nombreux : une Tourterelle turque un peu inattendue, un Goéland complaisant pour les photographes, des Tadornes de Belon - la plupart juvéniles, une Bernache cravant, des Hirondelles rustiques. De grands « flocks » de Barges rousses survolant la mer de Wadden, nous font vivre la migration en direct. Nous retrouvons notre guide bien-aimée et Muriel et retournons tout doucement vers le village pour reprendre notre bus vers la deuxième étape. Belles observations de Pipit farlouse, un Pouillot véloce crie dans les haies - et toujours des Hirondelles rustiques.

Première surprise en montant dans l'autobus, le groupe de « Vogelaars », en NL dans le texte !, est déjà bien connu de tous les chauffeurs de bus de l'ile. On sait combien on est, que nous avons déjà perdu et retrouvé quelqu'un, peut-être même où nous allons ? Et bien, se sera Oosterend, sa plage et son café Heartbreak hotel. Un peu plus de 2 km de marche dans les dunes mais peu d'oiseaux en raison du vent qui bloquent les passereaux au sol. Un Rouge-gorge et quelques Chardonnerets à la sortie du village, quelques Pipits courageux. A l'approche des dunes du littoral, des laridés se reposent en compagnie d'Ouettes d'égypte, d'Etourneaux et d'une Bergeronnette grise juvénile. Parmi les laridés, nos premiers Goélands cendrés. L'un d'eux se trouve justement entre un Goéland argenté et une Mouette rieuse, nous permettant une comparaison didactique de sa taille, de sa couleur, de la forme de sa tête et de son bec.

Le pique-nique dans les dunes est suivi d'une promenade sur la plage et l'occasion d'observer les Bécasseaux sanderling qui courent le long des vagues et les laridés à la pêche aux couteaux ! Les Goélands les retirent du sable à la lisière des vagues, les ouvrent en un tour de bec et avalent leur contenu aussi tôt fait quand ils ne s'essayent pas de les voler auprès d'un voisin plus travailleur. Petit arrêt au café pour une soupe, une glace, un chocolat/café ou une boisson fraîche avant un retour programmé vers le bus. Il nous reste encore un arrêt avant le retour au bateau et le dernier bus ! C'est là où l'on pourrait regretter le vélo qui nous laisse plus de liberté de mouvement.  Au village, des Hirondelles de fenêtre s'activent auprès de leur dernière nichée sont encore au nid !

Comme on s'y attendait, le chauffeur a entendu parler du groupe d'ornithos. Quand nous lui parlons de notre destination, il nous propose de nous déposer au carrefour le plus proche après nous avoir montré l'arrêt ou reprendre le dernier autobus. Certains d’entre nous rentrent déjà au bateau. Pas ou peu d'ornitho à cet arrêt, on est là pour la crandberry markerij, les achats de cadeaux et une petite dégustation avant de décider quel apéritif choisir par les nouveaux.

Mais tout fait farine au moulin puisqu'en revenant à l'arrêt d'autobus, une cage attire notre attention : 2 Verdiers s'y nourrissent. En fait, il s'agit non pas d'une cage pour enfermer les oiseaux mais pour les protéger des prédateurs alors qu'ils se nourrissent. Des aulnes sur le bord du chemin abritent la chrysomèle de l'aulne. Dernière péripétie de la journée : un SMS pour nous prévenir que le Mars a changé d'emplacement et est maintenant près du ferry. C'est Jocelyne qui nous prévient. Imelda, Christiane et elle ont dû le chercher et marcher un kilomètre de plus que prévu. Pour les rescapés du dernier bus, c'est par contre tout bénéfice : le voilier se trouve à 50 mètres du terminus du bus et en face d'un marchand de kibbelingen et matjes qui serviront d'entrée en attendant le souper.

Ce soir, l'apéro est offert par Claudia et Michel. Nos ados réalisent de superbes manucures avec comme thème la mer, les autres sont soit sous la douche, soit sur le pont à encore observer les oiseaux (Spatules dans les vasières, Tournepierres à deux pas du bateau), soit à se remémorer les aventures de la journée. On mange rapidement car la journée n'est pas encore finie : on fait route sur Ameland ce soir pour profiter de la marée montante et passer les bancs de sable. La mer est plus calme. Comme souvent le vent tombe avec le soleil couchant. Mais la marée n'est pas encore assez haute pour permettre le passage. On fait un peu de standby en regardant la lune presque pleine se lever. Quelques orages zèbrent le ciel d'éclairs. On arrivera finalement à Ameland vers 1h30 du matin après encore un orage et un superbe arc en ciel de nuit ! Une première pour beaucoup d'entre nous.

Mercredi : visite d’Ameland

Le vent nous prive une nouvelle fois de vélo. Juste à l'entrée de l'embarcadère, une première zone de vasière avec des Tournepierres, des Sternes pierregarins et quelques naines. Elles sont posées côte à côté ce qui nous permet une comparaison de la taille. De la salicorne pousse entre les pavés des brises lames ainsi que le cortège de plantes des prés-salés brièvement présentées par BC.

Premier arrêt pour trouver les trajets et horaires de bus au VVV. Ameland est une petite île mais il y a trois lignes de bus et pas facile de comprendre lesquels roulent ce mercredi et à quelle heure... Enfin, on décide de notre première destination : Buren. Pas de chance, on dirait que le prochain bus n'est que dans 2 heures. Le personnel du VVV ne sachant pas nous renseigner, nous décidons d'arrêter le premier bus qui passe. Le chauffeur, face à notre gang de Vogelaars, nous invite à monter à bord : il nous conduira à destination et même un peu plus prêt après avoir fini sa « tournée » en cours.

Cette fois, pas de manquant à l'appel et nous voilà dans les polders. La mer est haute mais curieusement, les polders semblent vides d'oiseaux à part quelques linottes et chardonnerets. Heureusement, quelques chevaux frisons et leurs poulains nous offrent un spectacle et l'occasion de nombreuses photos avant de finalement trouver de l'autre côté de la route un groupe de laridés, de Pluviers dorés et de Foulques. Quelques Barges rousses et à queue noire, un Grèbe huppé et son petit et des lièvres complètent les observations. PS : Certains d'entre nous en profitent pour faire la sieste au soleil sur la digue plutôt que de suivre Brigitte le long des polders.

Déjà l'heure du pique-nique. Un Goéland argenté vient nous tenir compagnie et profiter de nos largesses. Un Courlis cendré nous survole en criant (sinon on ne l'aurait pas reconnu !) suivi de peu par un Courlis corlieu émettant lui aussi son cri typique .

Retour vers l'arrêt d'autobus - on y arrive juste à temps après une petite accélération.

Objectifs de l'après-midi, les bancs de dunes, sliks et pré salés de l'ouest de l'île. Il faut de nouveau jongler avec les horaires d'autobus. Nouvel arrêt au VVV, bien achalandés en cartes, cadeaux et commodités... Une partie du groupe retourne sur le Mars pendant que les plus courageux embarquent dans le bus. Baignade pour la plus courageuse sous haute surveillance. Quelques nouveaux passereaux : Pouillot fitis, Fauvette à tête noire. Notre chauffeur du matin, spécialement dépêché, récupère les troupes - il nous a attendu à l'arrêt prévu. Ils sont sympas ces chauffeurs !

L'apéritif du soir est offert par Christina et Nicole.  Souper rapide (toujours aussi bon) et on profite d'une bonne nuit de sommeil après l'arrivée très tardive de la veille après pour certains une partie endiablée de rumycub.

Jeudi : Mer de Wadden - banc de sable

Voilà, le moteur se met en route et on s'éloigne du quai.  Ca y est, on va hisser  les voiles ! Sous l’impulsion de Wietteke, notre mousse et les encouragements de notre capitaine, Arnauld, nous coordonnons nos efforts pour tirer sur les cordages et après quelques efforts de nos troupes la grand voile et le fog ont fière allure.

Nous nous dirigeons vers un banc de sable que nous devons atteindre avant la marée basse vers 16h00. Nous profitons des paysages, du vent et du soleil plus présent que les autres jours sur le pont du bâteau - sieste, lecture, bavardage, photo et bien sûr ornitho.  

Arnaud nous explique l'objectif de la journée et nous montre ses talents insoupçonnés d'illustrateur.  En quelques coups de craie, voilà le banc de sable, la roche solide, la mer, ses habitants et la marée représentés sur le pont du bateau.

Nous longeons un premier banc de sable qui commence à émerger avec la marée descendante où les phoques gris et veau-marins se prélassent au soleil en faisant la banane. Les appareils photo mitraillent à qui mieux mieux et on observe tout autour du bateau les phoques qui nagent et relèvent la tête intrigué de notre présence.

C'est maintenant à notre tour de nous échouer sur un banc de sable. Après échouage, il est encore un peu tôt pour descendre à l'eau ou sur le sable. Certains ayant besoin de bouger, Mieke nous propose une séance de fitness et voilà une dizaine d'entre nous qui se trémoussent au son de la musique sur instructions de Mieke. Mais l'échelle pour sortir du bateau est en place, les maillots sont de sortie. On vérifie une dernière fois la profondeur de l'eau et les premiers d'entre nous descendent. C'est parti pour une partie de pêche aux coques, aux moules et aux huîtres. L'état du filet à crevettes laissant à désirer et la profondeur de l'eau aussi, il n’y aura pas de crevettes cette année. Depuis le bateau ou le banc, nous admirons les vols de limicoles, dont les huîtriers-pies, les goélands, bref tous les oiseaux qui profitent du banc de sable à marée basse : Grands Gravelots, Barges rousses et Chevaliers de toute plume.

En savoir un peu plus sur la coque, de son nom latin Cerstoderma edule (comestible !) :

  • Les stries de croissance permettent de déterminer l'âge de l'animal.
  • La couleur noirâtre qu'elle peut prendre provient de la vase.

  • Elle vit dans les zones de balancement des marées ou juste en dessous, enfouie sous la surface de la vase et du sable, avec uniquement les siphons qui émergent.

  • Elle est très courante mais en régression suite à la pêche industrielle maintenant interdite en mer de Wadden et, semble-t-il, suite à la présence du Couteau américain. Un hiver rigoureux peut aussi être responsable de la diminution de ses populations.

  • Elle représente, avec les moules, une source importante de nourriture pour l'huîtrier-pie qui introduit son bec, en forme de ciseaux, entre les valves et tranche les muscles adducteurs. Un huîtrier-pie peut manger jusqu'à 300 coques en un seul jour. Qui dit mieux ?

Arnaud et Wietteke ont allumé le barbecue pour les moules, servies en entrée. En même temps, ouverture des huîtres et premier nettoyage des coques avant de les laisser dégorger pour la nuit.

Ce soir ce sont les nouveaux qui offrent l'apéro goutté et choisi avec soin à Terschelling - un grand merci à eux.

On pensait repartir vers un port pour passer la nuit mais l’heure tardive de la marée haute ne nous le permettra pas. Le capitaine décide de passer la nuit sur place, une première. Dès que l'eau est assez haute, il bouge quand même le voilier pour le placer dans le chenal. Sans cette précaution, on ne pourrait pas rentrer dans les temps le lendemain matin.  Les photographes sont à la fête : coucher et lever de soleil sur les bancs de sable et la mer. Le ciel se pare de mille couleurs en cette fin de soirée. Les amoureux des oiseaux sont aussi à la fête ; ils ont oublié notre présence et pêchent tout près du bateau. Ils égailleront encore et cette superbe soirée et cette curieuse matinale de leurs chants et de leurs cris.

Vendredi : Mer de Wadden - Retour sur Harlingen

Petit déjeuner en pleine mer.  On a l'impression que rien n'a bougé depuis hier soir - mais on est bien dans le chenal maintenant.

Sur le banc de sable tout proche : des tourne-pierres, huîtriers-pies et goélands argentés se nourrissent.  Deux chevaliers aboyeurs fouillent un petit chenal où le courant indique que la marée descend encore un peu.  On doit attendre quelques heures avant le départ et le retour vers Harlingen, avec un objectif, arrivé à temps pour le train de 14h10, au plus tard celui de 15h10 pour que Jocelyn et Laurent puissent rentrer ce soir encore à la maison.

C'est le moment de faire les bagages, défaire les lits, ranger la cabine.    Encore un peu de farniente et d'observations depuis le pont du bateau pour des goélands, sterne pierregarin, limicoles....  On arrive à bon port à 14h45.  Juste le temps pour attraper le train.   Pour les autres, c'est le moment du petit mot de remerciements et d'adieux ou d'au revoir puisqu'on sait qu'on reverra certains l'année prochaine : le rendez-vous est déjà pris.  Nous partirons du 9 au 14 août 2015

Les chauffeurs partent en groupe vers le parking pour récupérer les voitures.  Une dernière bise et on se sépare pour un retour immédiat, une petite visite d'Harlingen, un plat de poffertjes ou les dernières courses qui n'ont pu être fait sur les îles.

Sur le retour, notre voiture rajoute le corbeau freux sur la liste des observations et les occupants des divers voitures comptabilisent et les buses et les vanneaux, et les cigognes blanches.

Encore merci à tous pour leur participation, à l'équipage et à Brigitte pour le beau voyage.

Photos de Renaud

Photos de Miguel

Photos de Laurent

 

Muriel
Muriel
Muriel
Muriel
Michelle
Michelle
Michelle
Michelle
Muriel
Muriel
Michelle
Michelle
Michelle
Michelle
Michelle
Michelle
Muriel
Muriel
Michelle
Michelle
Muriel
Michelle
Michelle
Michelle
Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON